02 mars 2020

"Un arbre est une alliance"...

Un arbre a besoin de deux choses : de substance sous terre, et de beauté extérieure. Ce sont des créatures concrètes mais poussées par une force d'élégance. La beauté qui leur est nécessaire c'est du vent, de la lumière, des grillons, des fourmis et une visée d'étoiles vers lesquelles pointer la formule des branches. Le moteur qui pousse la lymphe vers le haut dans les arbres, c'est la beauté, car seule la beauté dans la nature s'oppose à la gravité. Sans beauté l'arbre ne veut pas. C'est pourquoi je m'arrête à un endroit du champ... [Lire la suite]
Posté par machal à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 mars 2020

Libres

Nous sommes libres d'aller où bon nous semble et d'être ce que nous sommes Richard Bach, Jonathan Livingstone le goéland
Posté par machal à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 février 2020

Face-à-face

Qu'en dites-vous à la surface et qu'en pensez-vous dans le fond,  Du mirage humain qui s'efface Et du néant qui vous confond Par votre propre face-à-face ? Maurice Rollinat  
Posté par machal à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2020

"Vivre n'a pas d'eau sens"

Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger, de les goûter doucement ou voracement selon notre nature propre, de profiter de tout ce qu'ils contiennent, d'en faire notre chair spirituelle et notre âme, de vivre. Vivre n'a pas d'autre sens que ça. Jean Giono, L'Eau Vive
Posté par machal à 10:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2020

Et qu'il est encore temps...

  Souvent, je me surprends à philosopher sur la vie, à vouloir tout tout de suite et à imaginer la nécessité. Je monte toujours un grand escalier qui craque : chaque pas me fait mal car je me retiens pour abreuver le silence. Cet escalier est si haut qu’il m’est impossible d’en deviner ni le début, ni la fin. À vrai dire, je ne sais pas très bien si l’on peut jamais arriver ; pourtant, je veux parvenir à tout prix au sommet de l’escalier. Je le veux si fort que je ne sens même plus mon désir et, je suis prise de vitesse... [Lire la suite]
Posté par machal à 19:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2020

"De la magie !"

De la magie ! Oui, oui, de la magie ! C'est ce que j'essaie de donner aux autres. Je présente les choses autrement que ce qu'elles sont. Je ne dis pas la vérité. Je dis ce qui AURAIT DÛ être la vérité. Et si c'est un péché, j'accepte volontiers d'être damnée ! Tennesse Williams      
Posté par machal à 09:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 septembre 2019

Autour du Louvre

"Quand on m'expliquait que nous avions mis à bas l'oeuvre de Charles V, enfin j'ai vu cela dans les articles dits sérieux, il y avait de quoi étonner. Est-ce que le travail de Napoléon III et des architectes de la troisième République a été si désastreux, je ne le crois pas, puisque l'opinion publique reconnait devant le Louvre l'un des lieux dominants de l'architecture française. Mais enfin, un caractère sacré n'empêche pas d'imaginer qu'au siècle suivant, on puisse faire quelque chose d'autre. C'est ce qui a été fait avec la... [Lire la suite]
Posté par machal à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 septembre 2019

Voir la musique

"J'ai dit quelque part qu'il ne suffisait pas d'entendre la musique, mais qu'il fallait encore la voir." Igor Stravinsky
Posté par machal à 10:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2019

Elle possède ce sens du détail...

"Parfois, c'est une femme des beaux quartiers, saisie d'un œil ironique avec ses fourrures et ses bijoux, qui la regarde d'un air mauvais, ou un homme d'affaires, cigare et costume croisé, qui la toise avec agacement. Elle possède ce sens du détail qui dit tout d'une histoire, d'un monde, d'une vie." Gaëlle Josse, Une femme en contre-jour  
Posté par machal à 11:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 septembre 2019

Ils sont tous passés par les Halles

Je pense à tous les Rastignac en sabots montés par milliers à Paris non pour y faire fortune, plus modestement pour survivre. Ils sont tous passés par les Halles, soit pour pousser le diable, soit pour manger un quelque chose qui s’appelait souvent n’importe quoi . En ces temps-là, la ville n’était certes pas généreuse, elle n’était du moins pas l’impitoyable machine qu’elle est devenue. Tout un monde de faméliques a trouvé là un morceau de pain. Où le trouverait-il aujourd’hui ? René Fallet
Posté par machal à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,