06 juillet 2020

Or et Azur

Le ciel est joli comme un ange. L’azur et l’onde communient. Je sors. Si un rayon me blesse Je succomberai sur la mousse. Qu’on patiente et qu’on s’ennuie C’est trop simple. Fi de mes peines. je veux que l’été dramatique Me lie à son char de fortunes Que par toi beaucoup, ô Nature, – Ah moins seul et moins nul ! – je meure. Au lieu que les Bergers, c’est drôle, Meurent à peu près par le monde. Je veux bien que les saisons m’usent. A toi, Nature, je me rends ; Et ma faim et toute ma soif. Et, s’il te plaît, nourris,... [Lire la suite]
Posté par machal à 10:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 juillet 2020

Le velours moelleux de l'ombre

Seuls restent les bords, comme découpés à l'emporte-pièce dans le velours moelleux de l'ombre. Le déluge, J-M G. Le Clézio
Posté par machal à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juin 2020

Juin, dix-sept ans...

  Nuit de juin! Dix-sept ans! - On se laisse griser. La sève est du champagne et vous monte à la tête... On divague; on se sent aux lèvres un baiser Qui palpite, là, comme une petite bête... Arthur Rimbaud
Posté par machal à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 juin 2020

L'absent

Ton Absence, pourtant omniprésnte, Me frappe parfois de plein fouet. C'est une lame qui déchire mon coeur Et qui, comme le ressac des vagues, Me tire en arrière pour mieux m'élever avec la légèreté de l'écume, Vers le firmament.
Posté par machal à 11:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2020

L'enfance

"Pendant quarante ans j'ai appuyé mon coeur sur le coeur d'un enfant de trois ans. Jamais il n'a cédé. Pensées et sensations venaient éprouver leur puissance en s'appuyant sur cette clef de voûte de trois ans d'âge. Lorsque, privé de secours, j'hésitais sur le chemin à prendre, je me tournais vers cette figure ensauvagée pour y trouver le calme. Nous ne ferons jamais assez confiance à cette enfance en nous. Là où les mots font défaut, elle parle. Là où nous ne savons plus, elle tranche."Christian Bobin, L'épuissement.
Posté par machal à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 mai 2020

Rallumer les étoiles

Mais une grande voix venue d’un mégaphone Dont le pavillon sortait. De je ne sais quel unanime poste de commandemant. La voix du capitaine inconnu qui nous sauve toujours cria : "Il est grand temps de rallumer les étoiles"   Guillaume Apollinaire, Les mamelles de Tirésias
Posté par machal à 10:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

15 avril 2020

Fleurs de cerisier

Etoile du matin – distinguant les fleurs de cerisiers des nuages de traîne Kikaku  
Posté par machal à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2020

La Peste soit du confinement

Le fléau n'est pas à la mesure de l'homme, on se dit donc que le fléau est irréel, c'est un mauvais rêve qui va passer. La situation était grave, mais qu'est-ce que cela prouvait? Cela prouvait qu'il fallait des mesures encore plus exceptionnelles.  Ecoutez, dit celui-ci, il faut l'isoler et tenter un traitement d'exception. Le pouls devient filiforme et la mort survient à l'occasion d'un mouvement insignifiant.    Que ce monde sans amour était comme un monde mort et qu'il vient toujours une heure où on... [Lire la suite]
Posté par machal à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 mars 2020

"J'ai été moineau et archange"

J'ai été moineau et archange, j'ai habité dans le feuillage d'un platane et le velouté d'un nuage, j'ai déménagé des milliards de fois sans jamais sortir de chez moi. Christian Bobin, Prisonnier au berceau.
Posté par machal à 14:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2020

"L'oeil étonné"...

L'oeil étonné aperçoit les pics des Alpes, toujours couverts de neige, et leur austérité sévère lui rappelle des malheurs de la vie ce qu'il en faut pour accroître la volupté présente. Stendhal, La Chartreuse de Parme
Posté par machal à 07:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :